Ce premier article traite d’un sujet de société qui date depuis la nuit des temps, les violences conjugales. Pour mieux vous en parler, je désire vous présenter un des extraits de mon livre « Le Baiser magique« .

J’ai eu envie de l’écrire après avoir regardé une chorégraphie réalisée par deux danseurs hyper talentueux, Nadia et Dakota, dans l’émission « Incroyables Talents » diffusée sur M6. Leur prestation m’a touchée en plein cœur ; c’était si poignant et tellement criant de vérité. Si j’en parle comme cela, c’est parce que j’ai été moi-même une victime il y a des années de cela et je vois malheureusement que rien ne change ou trop peu.

Oui, avec les nouvelles technologies et internet, les informations circulent à une vitesse grand V et malgré cela, on assiste encore trop souvent à ces actes de barbaries et de féminicides. Ce fléau international existe depuis que le monde est monde, dans toutes les classes sociales, communautés et religions. C’était une période, où l’on n’en parlait pas du tout, voire très peu, mais aujourd’hui tout le monde sait que cela existe. Des mesures sont mises en place pour stopper ces actes de violence et pourtant tous des femmes perdent la vie sous les coups de leur conjoint ou ex conjoint.

Alors oui, j’utilise mes expériences passées, mes mots d’écrivaine débutante pour soutenir les victimes et les encourager, mais aussi sensibiliser leurs proches et toutes les personnes s’interrogeant sur ces faits.

« La cérémonie était magnifique. Vêtue d’une belle robe blanche, Elsa rayonnait le jour de son mariage. Maquillée comme une princesse, c’était son propre conte de fées qui se réalisait. Elle avait trouvé son prince charmant, ils vécurent heureux et ils auraient ensemble de merveilleux enfants…

La cérémonie était tragique. Vêtue d’une robe noire, Elsa semblait dormir. Maquillée comme pour camoufler le coup fatal, c’était son propre enterrement qui se déroulait. Elle avait trouvé son prince « tyran », ils ont eu ensemble un enfant qui grandira, hélas sans ses parents. »

Elsa représente tant de femmes condamnées dans le silence. Elle peut être votre mère, votre sœur, votre tante, votre cousine, votre amie, votre collègue, vous qui me lisez, moi.

Ces femmes issues de toute origine, de toute nationalité, de toute religion, de tout âge et de toute classe sociale subissent encore de nos jours ce terrible fléau qui est la violence conjugale. Enfermées dans la honte, elles subissent ces actes intolérables et préfèrent laisser leur corps et leur cœur supportés la douleur plutôt que de subir les jugements de leur entourage. Elles n’osent pas porter plainte de peur de ne pas être prises au sérieux ; elles essaient alors de vivre comme si de rien n’était et tombent dans un véritable cercle vicieux. Lorsqu’elles trouvent la force et le courage de le faire, soit elles se livrent à une véritable bataille, soit elles changent d’avis par peur de représailles. Elles portent un trop lourd fardeau en laissant les rennes de leur propre vie à leurs bourreaux ; ces derniers leur laissent des traces physiques qui elles s’effaceront, mais les meurtrissures affectives et psychiques, elles, définitivement s’incrusteront.

Alors continuons à parler, à écrire, à dénoncer et à hurler pour elles, afin de transformer leurs cris de douleurs et de désespoir en cris libérateurs et de victoire.

Au cours des prochains articles, sentez-vous libres de commenter et partager vos idées, vos points de vue dans un esprit de bienveillance. Vous pouvez également me suivre sur Facebook et Instagram 😃

Michèle, la Terrienne