Dès la naissance et même avant, nous entretenons une des phases relationnelles les plus importantes de notre vie : la relation filiale.

1- Qu’est-ce que la relation filiale ?

« C’est ce qui caractérise le comportement d’un enfant à l’égard de son ou ses parents. » définition du Larousse.

Pour ma part, cela va un peu plus loin que cela et pas seulement que dans un seul sens. En effet, c’est dans le ventre maternel que tout commence et ce, même avant selon certaines croyances. L’une des responsabilités de la future maman est d’avoir et entretenir une bonne hygiène de vie tant au niveau physique, mental et affectif. Tout au long de son développement, le bébé ressent et perçoit tous les états de sa mère et aussi environnants. Il est prouvé scientifiquement que ses premiers instants de vie doivent se dérouler dans de meilleures conditions possibles afin que sa vie sur terre se passe le mieux que possible.

Devenir parents est une sacrée responsabilité mais apporte un tel bonheur pour ceux et celles qui souhaitent se lancer dans l’aventure. La décision de donner la vie doit, à mon sens, être mûrement réfléchie. Avoir un enfant et l’élever n’impliquent pas seulement de le nourrir, le vêtir et lui donner un toit, mais aussi de lui transmettre des valeurs telles que l’amour, le respect, le sens du partage et bien d’autres encore, qui lui permettront de se construire, de s’aimer, aimer l’autre et d’appréhender la vie avec ses moments de joie, de doute et de tristesse.

Savoir qui nous sommes, être soi en toutes circonstances n’est pas chose facile. En effet, dès notre naissance, nous sommes conditionnés par nos parents à travers l’éducation, leur religion (s’ils en ont une), leur manière de transmettre leur amour, leurs valeurs.

En grandissant nous sommes influencés par les acteurs extérieurs du foyer à travers :

· l’éducation scolaire

· la société

· le monde professionnel

· la politique

· la religion

2- Comment pouvons-nous, avec tous ces facteurs extérieurs, être et rester nous-mêmes ?

Il faut savoir faire preuve de suffisamment de maturité pour donner la vie et se connaître suffisamment avant d’élever un enfant. Nous ne nous connaîtrons jamais à cent pour cent certes, mais nous devons savoir quelles sont nos réelles valeurs afin de pouvoir les transmettre du mieux que nous le pouvons. En tant que parents, nous ferons toujours des erreurs, mais en leur donnant toujours l’amour dont ils ont besoin, sans pour autant nous oublier dans notre individualité, nos enfants entreront dans la vie, plus confiants et plus sereinement.

A mon sens, il me paraît aussi indispensable de recevoir dès le plus jeune âge des bases saines et solides et de laisser la personnalité propre de l’enfant se développer selon ce qu’il aime, ses talents, ses attirances naturelles, au fur et à mesure qu’il grandit.

Oui, car l’enfant est aussi une personne à part entière tout comme les adultes. Certains parents ont tendance, de façon consciente ou non, à leur imposer leurs choix de vie et leurs rêves surtout ceux qui ont été inassouvis. Combien d’entre eux ont choisi un avenir tout tracé pour leurs enfants principalement dans leurs études, voire dans leur profession ? Même si cela partait d’un bon sentiment… surtout avec cette idée qui nous fait penser que c’est meilleur pour elle ou lui. La plupart du temps, l’enfant poursuivra une voie dans laquelle il ou elle ne se réalisera pas, de peur de désobéir à ses parents ou de leur faire de la peine. Il me paraît important d’apprendre à les écouter, à communiquer, à savoir détecter leurs talents et les accompagner dans cette voie.

Pour cela, il est indispensable d’apprendre à nous connaître nous-mêmes avant de donner la vie et même avant de nous engager dans une relation. Apprendre à se respecter, à s’aimer, à prendre soin de soi, cela paraît évident. Mais le faisons-nous réellement ? Commençons par un domaine élémentaire par exemple, l’alimentation. Ne serait-ce que pour sa santé, il est préférable de consommer une nourriture saine et équilibrer ; notre corps n’en sera plus que satisfait et nous remerciera au fil des années. Cultivons-nous ! Notre esprit nous en sera reconnaissant. Privilégions nos priorités, orientons-nous vers une profession qui nous attire, dans laquelle nous utilisons nos talents sans aller à l’encontre de nos valeurs, afin d’éviter toute forme de stress inutile et de proposer nos talents au service de l’humanité.

3- Est-ce si difficile de s’aimer ?

Nous venons d’aborder les quelques étapes qui nous permettront d’atteindre l’amour de soi. Souvent, nous avons tendance à rejeter cet amour en pensant qu’il flatte notre égo. Je vous rappelle que l’amour de soi ne révèle en rien de l’égoïsme ! Bien au contraire, comment voulons-nous aimer l’autre si nous ne nous aimons pas nous-mêmes ? Soyons honnêtes et ayons confiance envers nous-mêmes, soyons fidèles envers nos valeurs et croquons la vie à pleines dents. Je ne vous dis pas tout ceci par expérience car malheureusement, j’ai fait tout le contraire…

Un retour vers le passé est parfois nécessaire, sans pour autant y stagner, pour mieux se connaître et se défaire de nos complexes et blocages.

Jusqu’à l’âge de 12 ans, j’étais une très bonne élève ; puis par un manque de confiance évident, j’ai voulu devenir une autre jeune fille en imitant mes copines et en m’inventant une autre vie. Comme beaucoup de jeunes, j’étais remplie de complexes ; étant d’origine antillaise, je voulais être blanche comme toutes mes camarades de classe (nous étions deux ou trois jeunes filles noires dans tout le collège) ; je voulais avoir leurs cheveux raides, être plus mince, être belle et connaître tout comme elle, l’échange du premier baiser. Je n’étais pas malheureuse, mais ces différences m’ont empêchée de m’accepter telle que j’étais et surtout de m’aimer et de mettre en avant mes talents et qualités. Tous ces obstacles ont malheureusement influé sur le choix de mes études car ne mettant pas en valeur mes compétences innées et apprises, je me suis tournée vers une voie plus par dépit que par envie. Et par la même, j’ai exercé diverses activités professionnelles dites « alimentaires » que par passion.

Ce manque d’assurance et d’amour de soi peuvent également nous induire en erreur dans nos relations amoureuses. En nous donnant exclusivement à l’autre, nous confondons le véritable amour à de l’attachement émotionnel ; ce qui peut être terriblement destructeur.

Prenons le temps pour les choses essentielles de la vie, prenons le temps de grandir, d’aimer, de vivre, prenons le temps de donner, recevoir, partager. Prenons le temps avec notre famille, nos amis, nos proches, nos collègues ; oui vous avez bien lu, nos collègues. Il est important d’entretenir de bonnes relations avec elles/eux aussi…

Avant tout, prenons le temps avec nous-mêmes. Les aléas de la vie peuvent parfois mettre un terme à une relation ou ralentir un projet de vie ; si difficiles soient-ils, apprenons à les accepter. Toutes les expériences de la vie qu’elles soient joyeuses ou douloureuses, nous permettent de nous construire pour atteindre au fur et à mesure, une vie sereine et heureuse.

Prenez bien soin de vous🥰